Malbouffe : pour ou contre

La malbouffe gagne-t-elle du terrain ?

Frites, pizzas, et burgers manger à la sauvette : la malbouffe attire de plus en plus de personnes. Bien qu’il n’y ait a priori aucun agent addictif comme la cocaïne dans les aliments, la quantité de malbouffe consommée ne cesse de s’agrandir. Si la plupart des personnes sont conscientes des conséquences de ce mode d’alimentation, d’autres ne connaissent pas l’effet néfaste de la malbouffe sur l’organisme.

Malbouffe Pizza
Malbouffe Pizza

L’ampleur de la malbouffe

La malbouffe est adoptée par petits et grands sans distinction de sexe. Le phénomène est plus ancré dans certaines régions que d’autres. Steven Witherly, un scientifique en alimentation s’est penché un peu plus sur la question. Il a alors découvert que certains facteurs travaillés par l’industrie de l’agroalimentaire rendent la consommation de la malbouffe agréable et addictive. Il s’agit :

  • Des sensations déclenchées par l’aliment ;
  • De la composition de l’aliment.

L’aliment en cause a un goût, une odeur et présente un aspect agréable dans la bouche. Le cerveau combine alors ces sensations qu’il associe à un aliment ou une boisson spécifique. Par ailleurs, les entreprises de produits alimentaires n’hésitent pas à dépenser des sommes colossales pour améliorer le croquant de leur chips par exemple. De plus, elles recherchent la combinaison parfaite en sucre, sel et graisse pour donner l’envie de se servir encore.

En outre, le même aliment peut être travaillé sous plusieurs textures de manière à toujours attirer plus. On peut retrouver par exemple du hamburger avec du pain moelleux et légèrement croustillant, associé au croquant de la salade et au gras de la sauce. On retrouve également le mélange de la sauce avec une rondelle acide cornichon qui titille les papilles.

L’addiction est également due à l’excitation salivaire par le visuel et l’excitation chimique par les exhausteurs de goût dont une grande part est consommée par les enfants. De plus, lorsque vous mangez des plats savoureux, le cerveau enregistre les sensations. Il ne suffit alors que d’un regard sur l’aliment ou une représentation de celui-ci pour déclencher la salivation et le désir de reprendre l’expérience.

Malbouffe
Malbouffe

Les dangers de ce mode d’alimentation

La malbouffe est l’une des causes principales du surpoids. Alors qu’avant les repas étaient structurés de manière à avoir une entrée, un plat et un dessert, on ne mange qu’un seul plat désormais. Cela favorise le grignotage surtout lorsque l’on effectue une activité sédentaire. Préférer regarder la télé au lieu de cuisiner ou prendre sa voiture pour la moindre occasion est une cause de malbouffe. Par ailleurs, en ignorant le sport, beaucoup de personnes éliminent moins la graisse et mangent n’importe quoi tout au long de la journée.

Malbouffe
Malbouffe

Les plats déjà cuisinés ont un impact négatif sur la santé. Ils peuvent causer le diabète et l’obésité en raison de la quantité de sucres et de matières grasses présente dans les aliments incriminés. De plus, les régimes hyperprotéinés et les méthodes pour maigrir rapidement produisent généralement des effets inverses.

Il faut aussi noter que le surpoids et l’obésité causés par la malbouffe atteignent autant les enfants que les adultes. Un enfant sur 6 est atteint tandis que la moitié des adultes est considéré comme souffrant d’obésité. D’après une étude du NPD Group, l’année 2012 aura vu les ventes de snacks et de fast-food dépasser celles des repas sains. Selon L’OCDE, le taux d’obésité pourrait passer de 15,3 % à 21 % d’ici l’année 2030. Cette situation aggrave les risques de maladies tels que :

  • Les AVC ;
  • L’infarctus ;
  • L’hypertension artérielle ;
  • Le cancer lorsque l’aliment renferme certains additifs…

Un label pour protéger les bonnes tables

Depuis 2 décennies, les autorités sonnent une mobilisation générale qui ne porte pas de fruits. L’on se demande s’il faut pénaliser les restaurants qui réchauffent les mets et sont acteurs de la malbouffe. Ceux qui mijotent délicatement les repas qu’ils servent seraient alors mis à l’honneur. Depuis le lancement de ce débat en France, on assiste à une baisse de la fréquentation dans les établissements gastronomiques.

Pour restaurer les bonnes habitudes alimentaires, Alain Ducasse lance « Restaurant de qualité », un groupe de stars des casseroles. Cette appellation sera décernée uniquement aux restaurants qui gardent encore les traditions artisanales de la table. En dehors de cette initiative, les pouvoirs publics vont élaborer une loi qui permettra de différencier les établissements « réchauffeurs » des vrais plats « fait maison ». Toutefois, cette labélisation devra être tenue avec rigueur et si l’on veut y parvenir, le premier pas sera l’éducation au goût du consommateur.

Que retenir ? Il est évident que la malbouffe et ses conséquences gagnent du terrain en France. Pour ne pas tomber dans ce travers de la société moderne, il est donc important de se protéger en adoptant une alimentation saine et équilibrée. Il faut également éviter de se priver, puis de se mettre à grignoter. Enfin, préférez les restaurants qui vous offrent de vrais repas.